« L’Avancée de la nuit » de Jakuta Alikavazovic aux éditions L’Olivier

Quel étrange livre ! Une expérience littéraire peu commune. Je ne connaissais pas cette jeune auteur dont c’est le 4ème livre, mais l’histoire m’avait interpellée ! Ce n’est pas vraiment un livre facile : roman dense, d’une écriture précise et exigeante mais qui demande de l’attention, de la concentration ! L’intrigue est compliquée, liée à l’auteur , l’histoire de sa famille, de son pays, l’ex-Yougoslavie.

Lire la suite

Publicités

« L’art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

Sur une page de l’Histoire de France qu’est la guerre d’Algérie, Alice Zeniter nous donne un grand livre avec l’histoire de sa famille paternelle dans une saga foisonnante. Un livre en 3 parties, 3 destins, 3 déchirures en quelque sorte.

Un livre qui nous retrace le destin de ces Kabyles que la France a « oubliés après les avoir utilisés », « L’art de perdre, un voyage qui n’a pas de fin ».

Lire la suite

« Cervantès » de Jean Canavaggio aux éditions Fayard

Miguel de Cervantes y Saavedra, dont l’Espagne a célébré avec faste en 2016 le quatrième centenaire de la mort, a mené une existence faite d’aventures et de mésaventures, de combats et de revers, militaires, civils et familiaux. Une vie qui comporte encore aujourd’hui bien des zones d’ombres et que ses biographes, dès le XVIIè siècle, ont tenté d’éclaircir à travers les seules traces écrites laissées par le génial écrivain : ses récits de fiction. Une vie que nous raconte magnifiquement l’hispaniste Jean Canavaggio.

 

Lire la suite

« Tout homme est une nuit » de Lydie Salvayre aux éditions Le seuil

C’est un beau roman, très bien écrit dans deux schémas de pensées différents. C’est une réflexion d’actualité relatée d’une façon caustique et dérangeante qui se passe dans un village fictif, représentant bien certains villages français où règne la xénophobie, les discours populistes distillés pour faire régner la peur de l’autre.

Lire la suite

« Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson aux éditions 10-18

La couverture du livre de Philippe Besson, « Arrête avec tes mensonges », un récit autobiographique paru en 2017, porte la photo d’un très jeune homme : « Sur cette photo, écrit Philippe Besson, il porte un jean, une chemise à carreaux dont il a retroussé les manches, il a conservé le brin d’herbe entre les doigts. Et il sourit. D’un sourire léger, complice ; tendre, je crois. Qui m’a bouleversé longtemps après, quand il m’est arrivé de regarder ce cliché.

Lire la suite

« Travailler ensemble pour la vie, en prenant soin l’un de l’autre et de la nature » de Marc Humbert aux éditions Goater

Marc Humbert, professeur d’économie à l’Université de Rennes 1, a fait paraître en 2013 un court essai intitulé : « Vers une civilisation de convivialité : travailler ensemble pour la vie, en prenant soin l’un de l’autre et de la nature », édité chez Goater. Ce texte, véritable manifeste « convivialiste », nous renvoie, par son titre et son contenu, à un livre paru en 1972, « La Convivialité », du philosophe autrichien Ivan Illich, disparu en 2002, dont Marc Humbert apparaît ici comme un clair héritier.

Lire la suite

« Zabor ou Les psaumes » de Kamel Daoud aux éditions Actes Sud

Roman ? Essai philosophique ? Réflexion sur la vie et la mort ?

Près d’Aboukir, Zabor vit avec son grand-père mutique et sa tante célibataire, ses cahiers et ses livres au pied d’une colline où son père a reconstruit une maison avec sa nouvelle famille.

Zabor a le pouvoir par l’écriture de faire reculer la mort. Il sera donc appelé au chevet de son père mourant.

L’écriture rythmée par des différences de style, de calligraphie, des digressions fréquentes, contribue à maintenir un certain intérêt.
Toutefois, pour moi, cette lecture n’a pas été une « lecture-plaisir » et je me suis astreinte à terminer ce livre, un côté « désordre » m’a beaucoup gênée. Lire la suite

« La Princesse de Montpensier suivi de La Comtesse de Tende » de Madame de La Fayette aux éditions Le Livre de Poche

Le XVIIè siècle français a été une période où le genre romanesque a commencé de s’épanouir, sous l’influence en particulier du roman espagnol (les « Nouvelles exemplaires » de Cervantès paraissent en français dès 1615). Les titres abondent, en effet, durant ces années, offrant des récits de quelques pages comme « Le coeur mangé » de Jean-Pierre Camus – auteur à lire absolument pour les amateurs de romans d’horreurs ! -, des romans courts comme « Dom Carlos », de Saint-Réal, des romans-fleuve comme « L’Astrée » d’Honoré d’Urfé ou des romans d’analyse comme « La Princesse de Clèves » de Madame de Lafayette, ou bien encore, moins connus, « La princesse de Montpensier » et « La Comtesse de Tende ».

Lire la suite