« Le Quatrième Mur » de Sorj CHALANDON

le-quatrieme-mur-de-sorj-chalandon-68110_w1000

 

Livre dur, dans un monde dur, criant de vérité, bien écrit (Chalandon est un grand auteur) , détaillé, une grande connaissance de ce monde en guerre et du pays dans lequel se passe une partie de l’action. Ce roman est écrit à la première personne pour, sans doute, nous faire vivre au plus près l’histoire.

Le « héros », jeune homme étudiant nous décrit son passé d’extrême-gauche, les bagarres entre étudiants (et non – étudiants) de droite et de gauche, de La Sorbonne à Jussieu en passant par Assas. Leurs idéaux : défense des faibles, des travailleurs contre le capitalisme, à l’étranger, les palestiniens contre les juifs . Notre héros a été déjà grièvement blessé lors d’une bagarre entre les étudiants et les forces de l’ordre. Notre héros, au cours d’un colloque, fera la connaissance de Sam, plus âgé de 10 ans, grec exilé, pondéré  vis-à-vis de ces affrontements qui émaillent la vie de ces jeunes français. Il est exalté par le projet de monter l’ANTIGONE d’ ANOUILH au Liban. Monter cette pièce dans un Liban en guerre, en faisant jouer les rôles par des « ennemis » :palestiniens, juifs, chrétiens,  chiites, druzes lors d’une représentation unique afin d’appeler le monde à la paix.

Le narrateur rencontre aussi Aurore qui deviendra sa femme ; il commence de mener une vie « rangée » en travaillant pour faire vivre sa famille avec la naissance de sa fille Louise.

Sam poursuit ce rêve après avoir fait une reconnaissance dans le Liban, en ayant rencontré les différentes intervenants qu’il a choisis pour monter cette pièce, ; il a repéré les lieux pour les répétitions, et pour la générale ; tout un circuit est donc mis en œuvre. Mais il revient à Paris, et sera hospitalisé en phase terminale de cancer.  Il tient intensément à son projet et fait promettre à l’auteur-je-héros de se rendre là-bas pour terminer ce projet car après ce sera peut-être trop tard. Délaissant femme, enfant, l’auteur part et va découvrir cette guerre, ces factions, ces rencontres. Tout est parfaitement décrit, avec un réalisme tel que par moments, on se sent là-bas.C’est un peu une course contre la montre ; nous vivons au rythme des rencontres, des répétitions et de ces relations compliquées entre les factions. Lors d’un raid, le théâtre de fortune est bombardé , entraînant la dispersion des protagonistes-acteurs. Grièvement blessé, il fera un long séjour dans ce Liban déchiré afin d’y être soigné ; il se rapprochera beaucoup d’une jeune femme. Guéri, il veut relancer cette pièce malgré la dispersion des acteurs. Mais après un terrible massacre touchant certains de ses amis, il perd pied et reviendra en France. C’est alors une inadaptation totale à la vie de tous les jours, aux petits problèmes quotidiens et une distance s’établira entre lui et sa femme et sa petite fille. Son esprit est là-bas : idéal, un  amour ? Après la mort de Sam, il décide d’y repartir. Il ne pourra reconstituer « sa troupe » : utopie de vivre bien dans un pays en guerre. Une fois encore, victime d’un attentat dans lequel mourra son ami druze qui l’aura accompagné jusqu’au bout. Il ne trouve pas sa place dans un pays en guerre, non plus dans son pays en paix… « Le quatrième mur… » terme de théâtre entre les auteurs et les spectateurs pour protéger…. Est-ce du rêve de penser à une paix entre les peuples ? Nous vivons cela chaque jour dans notre monde actuel. Difficile d’apporter une réponse, une solution.

E.A.

« Le Quatrième Mur »  de Sorj CHALANDON

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s