« Le ravissement des innocents » de Taiye

9782070142675C’est un livre tout en contrastes ; écriture belle et poétique, histoire forte…. Mais aussi un style parfois difficile à suivre, phrases sèches, 1 ligne, 1 mot et de fréquents allers retours entre les personnages et la vie passée et la vie quotidienne.  C’est l’histoire de l’exil, de l’insertion.
KWEKU SAI, le père, chirurgien ghanéen, respecté, de grande valeur, installé à Boston ; marié avec FOLASADE, nigériane, ravissante, exilée aussi (nous apprendrons à la fin son histoire) ; 4 enfants : Olu, les jumeaux la belle Taiwo et Kalindé, et Sadie la petite dernière.  Victime d’une injustice professionnelle, (racisme ?), se sentant humilié, Kweku Sqai ne veut, ne peut affronter sa famille et « disparaît » en retournant dans son pays pourtant fui des années auparavant.  Le livre commence avec la mort de Kweku, un matin, au lever du jour…. Quarante minute, et ce chirurgien ne fait rien pour se sauver, se remémorant plutôt sa vie, ses études, son installation américaine, sa famille… et son retour seul au pays pour ne pas affronter le déshonneur. Sa famille, femme, enfants est restée éclatée.
Le décès du père est donc l’occasion pour cette famille de se retrouver, autour de leur mère, repartie elle aussi dans son pays. L’écriture du livre est donc faite de nombreux flash-backs par les enfants, par la mère. Chacun prend conscience de la place tenue (et absente) par leur père dans la construction de leur vie ; découverte aussi de l’histoire familiale. OLU, le fils aîné, veut réussir la vie que son père n’a pas eue, en prenant le choix de la même profession. Les jumeaux doivent survivre à une adolescence bouleversé par une tragédie ; Sadie doit se construire seule puisque sa mère est repartie.
Nous apprendrons donc toutes ces histoires, par les nombreux allers retours de chaque membre  dans son passé, et dans ce qu’ils vivent en se retrouvant au Ghana pour le décès de leur père, en replongeant dans leurs racines. C’est l’Histoire de 2 pays  Ghana et Nigéria, l’exil aux Etats-Unis.  Plus fort que tout : l’amour recherché, difficile, amour marital, amour filial, amour fraternel, amour maternel. Ruptures, déchirements, réconciliations, thèmes éternels dans les familles sous tous les cieux !
Ce livre peut-être déconcertant par son style, ses personnages « parlant » à tour de rôle, mais la facilité d’écriture et d’histoire de Taiyé Selasi est surprenante et mérite que l’on s’intéresse à sa culture.

Elisabeth A

« Le ravissement des innocents » de Taiye Selasi chez Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s