« Le livre des Baltimore » de Joël Dicker

9782877069472

« Le livre des Baltimore » de Joël Dicker chez De Fallois

Je l’avais attendu, je n’ai pas été déçu.
Vous vous souvenez de Marcus Goldman, ce jeune écrivain qui racontait la vérité sur l’affaire Harry Quebert, et bien il est de retour. Sauf que cette fois ci, il décidera de s’intéresser à sa famille et à ses deux branches, les Goldman de Montclair (son père et sa mère) et les Goldman de Baltimore, à qui tout a réussi jusqu’au drame..
Durant son enfance, Marcus Goldman vouait un culte à sa famille de Baltimore qui a tout réussi, argent, famille heureuse, deux frères soudés, en somme toutes les petites choses que Marcus ne retrouve pas dans sa famille. A chaque vacances, il essaye de fuir Montclair pour rejoindre ses cousins, Hillel l’intellectuel de la famille, surdoué mais incompris par ses camarades et professeur, et Woody recueilli par les Goldman de Baltimore, beau et grand gamin, surdoué du sport et qui réussira à se reconstruire dans cette nouvelle famille. A travers les lignes, on voyage dans la jeunesse de Marcus, de Miami au Hampton en passant par New York. On y découvre l’ascension d’une famille, l’oncle avocat brillant, les deux jeunes cousins qui ont des succès partout, tant sur le plan sportif que sur le plan universitaire, mais aussi les aléas ainsi que les petits secrets cachés qui amèneront cette famille au drame. A travers ce livre, Marcus Goldman essayera de « tourner » la page et de comprendre ce qui a amené cette famille au top mais aussi au plus bas. Ce roman c’est surtout la question, mais qu’est-il arrivé à cette famille de Baltimore ?
L’auteur nous balade à travers 3 époques, la jeunesse des Goldmans, un mois avant le drame et 8 ans avant le drame. On arrive très bien à jongler entre les petites histoires, entre le passé et le présent qui nous permet de comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là.
J’avais été captivé par son premier roman, j’ai dévoré ce nouveau roman. On est content de retrouver un personnage que l’on connait, mais dès les premières pages, on oublie complètement Harry, ce qui nous intéresse c’est le drame. Je n’ai pas vu les pages passer, j’ai été pris dans le roman. Le style est intact et l’histoire à l’américaine comme on l’aime. Alors on n’hésite pas on fonce l’acheter.

Pierre-Emmanuel S.

Je suis intéressé par ce livre : je clique ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s