« L’orangeraie » de Larry Tremblay chez La Table ronde

 

9782710375760     Un court récit impressionnant devant l’incompréhensible, la monstruosité. Un TRES beau livre. ‎Aziz et Ahmed, des jumeaux de 9 ans, vivent dans un pays du Moyen-Orient (rien n’est nommé, ‎mais est sous-entendu). Ils mènent une vie simple, paisible sur la propriété des parents et grands-‎parents : l’Orangeraie qui pourrait être un «petit paradis », un lieu de paix et de bonheur familial. Une ‎nuit, une bombe est tombée détruisant la maison et tuant les grands-parents. L’école a été détruite. La ‎Maman fait classe à ses enfants ; les enfants jouent ; « Aziz rit, Ahmed rit, Aziz pleure, Ahmed ‎pleure »… Aziz souffre de douleurs à la tête et a passé plusieurs jours dans un hôpital d’une grande ‎ville. Mais l’insouciance des enfants rythme leur vie, ils jouent même dans la montagne voisine. ‎
‎     Un jour, des hommes viennent rendre visite au père pour « une bonne cause » et pour ALLAH ! La ‎mère comprend vite, et son amour maternel veut s’opposer à cette haine de l’ennemi qui rythme la ‎vie de son peuple. Ces enfants, qui ont déjoué dans l’insouciance de leurs jeux, certains chemins de la ‎montagne doivent faire l’objet d’un choix par leur père d’offrir l’un de ses fils pour mourir en martyr, ‎dans un sacrifice suprême dans le combat spirituel. Une ceinture d’explosifs est donnée au père qui ‎accepte cet honneur. Le choix du père se porte naturellement sur l’enfant bien portant, l’autre fils ‎étant condamné à court terme par la maladie ; Or , pour ce père, la cause justifie le choix de l’enfant ‎bien portant afin d’être plus proche d’ALLAH ; Les enfants jouent avec une ceinture factice pour ‎rejoindre les étoiles. La mère ne peut accepter ce terrible dilemme et entame un dialogue « secret » ‎avec son fils bien portant en lui révélant et la maladie de son frère et ce qui les attend. L’éducation ‎dans ce pays se fait sur des notions de haine, de vengeance, de renoncement de soi. Mais le père ‎connaît-il le véritable enjeu ? Avait-il le choix de refuser alors qu’il est conditionné à la guerre, au ‎sacrifice d’innocents qui deviennent des martyrs ? Il faut bien sûr découvrir l’amour maternel, l’amour ‎fraternel qui irradient tout au long de ce livre. Je ne voudrais pas trop découvrir l’histoire, mais la ‎supercherie sera découverte, ; le fils vivant sera banni, et dans la dernière partie du livre, nous ‎assistons à un véritable coup de théâtre.‎
‎ L’écriture de ce livre est très poétique. Malgré la violence du propos, l’oppression ressentie, le ‎drame, l’interpellation devant de telles monstruosités, quel livre magnifique A LIRE ; peut-on y trouver ‎un message de paix et d’espérance ? Nous sommes confrontés chaque jour à des interrogations dans ‎cette contrée.‎

par E.S.A.‎

Je suis intéressé par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s