« L’autre qu’on adorait » de Catherine Cusset chez Gallimard

9782072688201Les lecteurs habituels de Catherine Cusset (Un brillant avenir, La haine de la famille, Une éducation catholique…) savent que celle-ci construit son œuvre avec des pans autobiographiques mélangés à une trame romanesque. Quand elle raconte par le menu la vie de Thomas, elle cherche dans ses souvenirs, se met en scène et en même temps brosse le portrait de toute une génération.
Thomas était beau, brillant, drôle, cultivé, amateur de femmes et inapte à la vie sociale. Peu à peu, il sabote sa vie amoureuse, sa vie professionnelle, se suicide. Dès les premières pages, on connait la fin. Elle s’adresse à lui dans un long compte à rebours pour comprendre quelle réalité lui a échappé, elle qui l’aimait tant, son meilleur ami. Pour ce faire elle s’adresse à lui directement, elle l’interpelle : ce « tu » le rend vivant et tellement proche.
Un portrait en clair-obscur d’un jeune homme attachant qui révèle peu à peu des failles. Adroitement l’auteur livre des indices qui aboutissent à une claire explication de cette inaptitude à trouver sa place dans la vie professionnelle et aux échecs amoureux répétés. Et c’est un des intérêts du livre de tenir le lecteur en haleine alors qu’il connait la fin.
Bel hommage à un ami perdu.

par AG

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s