« La valse des arbres et du ciel » de Jean-Michel Guenassia chez Albin Michel

9782226328755‎ Le livre tourne autour du mystère de la mort de Van Gogh, les 70 derniers jours de l’artiste, la ‎famille Gachet. Marguerite, la jeune fille de la famille, 19 ans, supporte mal l’ambiance « étriquée » de ‎son milieu, de cette petite ville d’Auvers-sur-Oise. Son père, ce milieu ne lui permettent pas d’étudier ‎les Beaux-Arts et elle devrait se soumettre à un mariage imposé. La famille Gachet a la fibre artistique, ‎peint et surtout possède des tableaux. Selon le journal de Marguerite, son père se ferait payer ses ‎consultations près des artistes par des tableaux.‎
‎ Dans cette vie morose, apparaît Van Gogh, décrit comme un « rustre », mal habillé et peu ‎aimable. Il prend pension à l’auberge Ravoux ; Marguerite est fascinée par l’homme, le peintre. Dans ‎son journal, lequel est entrecoupé de coupures du journal de l’époque La Lanterne, ainsi que d’écrits ‎entre Vincent et son frère Théo, Marguerite, refusant la vie qui lui est réservée, se jette littéralement ‎dans les bras de Van Gogh, le retrouvant « nuitamment »… follement amoureuse. Cet amour ‎clandestin, elle le vit en voulant tout partager et apprendre de Van Gogh des leçons de peinture. Mais ‎découverte par son père, celui-ci la « séquestrera » et elle ne pourra plus donner de ses nouvelles à ‎Van Gogh ; celui-ci continue de peindre dans la campagne d’Auvers, en menant sa vie d’homme ‎bourru et seul à l’auberge. Toutefois, Marguerite finit par s’échapper et rejoint Van Gogh toujours ‎occupé à peindre dans la nature qui l’inspire. Elle voudrait fuir avec lui en Amérique ; mais il n’a aucune ‎empathie et se refuse à cette fuite. Une bagarre éclate alors que Marguerite a brandi un pistolet… le ‎coup part et Van Gogh touché au ventre se traîne jusqu’à l’auberge. Marguerite évanouie dans le ‎champ sera ramenée chez son père. Le docteur Gachet soignera le peintre à l’auberge mais il meurt 2 ‎jours plus tard. Suicide, meurtre … ? La thèse du suicide restera afin de sauvegarder l’honneur de la ‎famille Gachet. Marguerite restera vieille fille, s’estimant épouse du peintre ; peignant le reste de ses ‎jours, elle appliquera les conseils reçus de Van Gogh, reprenant certaines de ses œuvres. Des tableaux ‎de Van Gogh seraient ainsi des faux !‎
‎ Si le roman se lit un peu comme un polar, le style me paraît manquer de souffle, moins enlevé que ‎dans les précédents livres de Guenassia. Je n’y ai pas retrouvé toute sa verve. Malgré toute la ‎documentation, cette histoire me paraît invraisemblable.‎

‎ E.S.A.‎

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s