« Ecoutez nos défaites » de Laurent Gaudé chez Actes Sud

9782330066499Un livre sur le temps, l’Histoire des hommes, la gloire, la victoire… et les défaites.
J’avoue avoir été déconcertée par ce livre et ne pas pouvoir participer aux louanges entendues de toutes parts. Malgré le style lyrique de Gaudé, « ce souffle épique » dont on parle, je n’ai pas réussi à entrer en phase avec toutes ces histoires, tous ces personnages. Quel fut le critère de l’auteur pour les choisir ?

Tout commence par la rencontre à Zurich, l’histoire d’une nuit entre ASSEM, agent des services secrets français, et MARIAM, archéologue irakienne qui traque les objets volés lors des pillages à Bagdad et ces régions où tant de beautés souffrent des guerres. L’un aime la poésie, l’autre l’art, mais sont-ils des remparts face à la folie guerrière ? Pour moi, nous ne retrouvons pas assez ces personnages dans le roman.
Nous suivrons donc HANNIBAL, guerroyant pendant plus de 20 ans contre les Romains, Hannibal fonçant avec ses éléphants ; cela nous rafraîchit la mémoire sur cette période de l’histoire ! GRANT, « le boucher », vainqueur du Général Lee dans la guerre civile américaine. Que d’horreurs avant d’être élu président d’Amérique. HAÏLE SELASSIË, « le Roi des Rois » qui ne résistera pas au pilonnage de l’armée de Musssolini. Défaite, exil, il accusera de lâcheté la SDN à Genève. Il retournera dans son pays, mais nous suivrons à nouveau la guerre, la famine, les horreurs avant la défaite.

ASSAM, qui a « présidé » et participé à la chute de Khadafi, à sa mort lors d’opérations en Lybie, recherche l’espion américain qui a tué Ben Laden et qui aurait participé à de nombreux trafics. Ces passages m’ont paru bien longs. Et ces 2 hommes qui ont « gagné » avec les morts de 2 tyrans, ont-ils gagné en regardant les suites de ces actes ? L’Histoire n’est qu’un perpétuel recommencement et nous n’apprenons donc rien de nos défaites, malgré les joies des victoires.

Je retiens quand même quelques messages d’espérance en l’humanité avec MARIAM qui lutte pour les beautés de sites historiques, d’objets transmetteurs de l’Histoire, et qui lutte aussi contre la maladie ; pour ce vieux personnage Khaled-El-Assad qui reste jusqu’au bout pour défende Palmyre et qui paiera de sa vie pour protéger ce que des siècles ont construit, préservé avant d’être détruits par la violence des hommes et de leurs idées.

Dans les moments difficiles, violents de notre époque, pourquoi nous rappeler ces horreurs guerrières et nous redire que finalement nous « n’écoutons pas nos défaites ».

par E.S.A.

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s