« La grande course de Flanagan » de Tom McNab chez J’ai Lu

9782290072790Le roman de Tom McNab nous raconte l’aventure démesurée d’une grande course de fond, incroyable marathon entre Los Angeles et New York, qui n’a rien d’imaginaire. Cette folie pédestre est née, en effet, sur l’initiative de C.C. Payle, un manager de spectacles, qui lança la « Trans-American Footrace » courue, dans sa première édition à la fin des années 20, par 199 coureurs. Cette course se perpétue de nos jours, la dernière en date ayant eu lieu en 2015.
Le romancier Tom McNab, ancien coureur de fond lui-même, en a fait une fiction qui eut un succès de librairie considérable aux Etats-Unis. Dans le roman, l’organisateur de la course, Charles C. Flanagan, donne le départ, un jour de mars 1931, de « la plus grande course de fond […] jamais courue dans l’histoire de l’humanité, une course dans laquelle l’élite des athlètes du monde entier entreprendra de traverser le grand continent américain ». L’événement attire des gloires du cinéma et du sport : Buster Keaton, Mary Pickford, Jack Dempsey… Une caravane publicitaire et même un cirque précèderont les concurrents ! 2000 compétiteurs venus de soixante pays formeront une troupe hétéroclite de champions aguerris et de coureurs du dimanche dont certains courront pour le prestige, et les autres pour les primes substantielles, véritables aubaines en ces années d’immense misère sociale. La sélection sera dure dès les premières étapes : « Près de mille coureurs éliminés en quatre jours ! Cette course ressemble plus à un massacre qu’à une compétition » admettra Flanagan. Tout le roman de Tom McNab va se focaliser sur quelques concurrents, « rapprochés par l’amitié »: Doc Cole, « le père de la course de fond américaine », devenu athlète professionnel, Lord Thurleigh, insolite lord anglais coureur de fonds, Hugh McPhail, chômeur et athlète écossais de haut niveau, Juan Martinez, pauvre paysan mexicain prêt à tout pour sauver de la misère les habitants de son petit village montagnard, Mike Morgan, ouvrier métallurgiste, victime de la Grande Dépression, et la belle Kate Sheridan, une athlète au « sourire chaleureux et féminin […], Isadora Duncan du sport », à l’opposé des « viragos poilues aux cuisses épaisses ». Tous finiront par former un groupe soudé par de forts liens d’amitié et même de tendresse et d’amour, tissés tout au long de cette traversée homérique des USA. Une traversée ponctuée de coups de théâtre mettant constamment en péril l’organisation de la course et parfois même la sécurité, menacée par les sbires assassins d’Al Capone à Chicago. Sans parler de la présence malsaine de coureurs allemands dopés venus des « Jeunesses hitlériennes », de la surveillance constante du FBI, et enfin des pressions du Comité olympique américain contrarié par cette course portant ombrage aux futurs JO de Los Angeles. La petite bande de coureurs ira jusqu’au bout des 5063 kilomètres et résistera aussi bien au froid polaire des Rocheuses qu’aux chaleurs infernales des déserts américains. Nos athlètes, héros du livre, finiront l’aventure au cours de l’ultime étape newyorkaise. Ils franchiront unis, et en vainqueurs, la ligne d’arrivée, dans un magnifique geste de fraternité, portés par l’enthousiasme d’un public gagné par la fièvre de cette course hors norme.
Tout est réuni dans ce qui est, ici, un vrai roman d’aventure, humaine et sportive, haletant comme un roman policier, qui aimante le lecteur pendant 600 pages et qui ferait un grand et beau long-métrage dans la lignée du film de Sydney Pollack, « On achève bien les chevaux ».

par JB

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s