« L’autre qu’on adorait » de Catherine Cusset chez Gallimard

9782072688201Dès le prologue, nous savons que Thomas, 39 ans, s’est donné la mort dans l’université où il enseigne à Richmond États-Unis).
La narratrice, Catherine, écrit alors ce long hommage retraçant la vie de l’ami disparu. Thomas est un étudiant parisien des années 1980, grand, drôle, irrésistible ; il aime Proust, le vin, l’amour, le savoir et surtout convaincre. Avec l’auteur, ils se sont connus alors qu’il a 18 ans et elle 26. Ils seront amants mais se quitteront en restant bons amis.
Thomas sort beaucoup, beaucoup ; bien que brillant, il rate le concours de Normal Sup’ (référence pour la narratrice) , ira à Sciences Po, le ratera aussi.

Direction New-York et les universités américaines. Il s’inscrira à l’université de Columbia. Garçon brillant, séduisant, il accumule toutefois les échecs, commençant sa descente aux enfers. Universitaire, spécialiste de Proust, passionné de Nina Simone, il semble croquer la vie, s’éblouissant lui-même. Il fera de fréquents allers-retours entre Paris et les États-Unis. Ne terminant pas sa thèse, doué mais paresseux, brillant mais compliqué, Thomas s’embarque dans des années de déménagement, ne pouvant rester dans les universités, et surtout n’ayant pas les postes convoités. Nous sommes plongés dans le système universitaire américain.
Thomas enchaîne les amours, il a un grand pouvoir de séduction…Ana , Elisa, Olga (un peu cinglée tout de même celle-là), Nora… aucune ne reste. Il s’avère jaloux et l’argent lui file entre les doigts. Il se trouve de plus en plus dépendant de l’alcool… Ses affectations dans les universités sont dévalorisantes…. Et ce sera la dépression avec incapacité de sortir de son lit ; ces phases suivies de regain d’excitation… une vie qui épuise ses amis, l’isolant un peu.
Et l’on apprend le motif de ses souffrances, cette descente aux enfers car il n’est pas soigné. Mais diagnostiquée plus tôt, cette maladie , aurait-il pu être sauvé, et être moins déséquilibré ;

Un livre intense, dans un style alerte ; ce parcours effréné de cet homme perdu en lui-même , touche par sa sincérité.

Par E.S.A.

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique sur ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s