« Minuit » de Dan Franck chez Grasset

9782246613510Dans un récit captivant, « Minuit », réédité dans « Le Livre de Poche » en 2012, Dan Franck construit le roman noir de l’Occupation allemande et nous éclaire sur les comportements, les lâchetés, les faiblesses, ou le courage et l’héroïsme des créateurs et intellectuels, connus et méconnus, de cette sombre époque.
Dans une étonnante galerie de portraits, divisée en autant de chapitres courts et enlevés, ornés de « citations-incipit » graves ou pleines d’humour, Dan Franck nous dresse un tableau où s’affronte, se croise, se défie ou se fréquente tout le monde littéraire et artistique de cette France ténébreuse des années 40, écartelée entre Résistance et Collaboration. Le livre relate la déambulation, à travers la France et l’Europe, aventureuse et angoissée d’Arthur Koestler ou Walter Benjamin, l’évasion organisée outre-Atlantique des peintres et écrivains surréalistes André Breton et Yves Tanguy. Dan Franck nous raconte aussi la tâche périlleuse de Jean Paulhan, contraint de travailler dans l’ombre de l’écrivain Drieu La Rochelle, imposé par l’administration allemande à la direction de la NRF. Il nous détaille également, en quelques pages magnifiques, la naissance des Editions de Minuit fondées par Vercors, la création des « Lettres françaises » par Jacques Decour, professeur germaniste, mort sous les balles allemandes, la vie éphémère du journal « Résistances », émanation du groupe du Musée de l’Homme où oeuvrait Michel Leiris, l’action du discret Pierre Seghers, rassembleur des poètes de la Résistance. Certains portraits et destins bouleversent: le tendre Max Jacob, abandonné de ses amis, Picasso en particulier (« Max est un ange, il n’a pas besoin de nous pour s’envoler de sa prison » dit-il cruellement apprenant son incarcération à Drancy), Robert Desnos, mort en déportation, admirable de bonté et de dévouement (« Il était l’amitié, la fraternité, la générosité mêmes, la solitude, le dénuement, la lassitude n’ont jamais pu chasser le sourire de ses lèvres » disait le photographe Brassaï), l’imposant René Char, résistant de la première heure, monument de grandeur et d’intransigeance.
D’autres portraits laissent pantois: Cocteau, dandy réfugié au Ritz, virevoltant autour d’Arno Breker, sculpteur et ami du Fürher, Jouhandeau, dépassé dans l’abject par sa propre femme, dénonçant elle-même l’ami de son mari, Jean Paulhan, qu’elle croyait juif. D’autres gloires littéraires n’échappent pas à l’observation critique (ou amusée) de notre auteur: Sartre, apôtre de l’engagement, qui ne s’engagea point, ou si peu et si mal, préoccupé d’abord par sa carrière d’écrivain (« L’engagement de Sartre après la guerre a été une sorte de compensation maladive, un remords  » disait Vladimir Jankélévitch en juin 1985 au journal Libération), Malraux, héros des Brigades internationales, mais bien tardif résistant, autoproclamé colonel des FFI, Paul Léautaud, antisémite (« Le ministère Blum, avec ses 35 juifs  » a-t-il écrit), sempiternel misanthrope, sauf avec l’occupant, Emmanuel Berl ou Jean Giono, pacifistes convaincus mais ambigus, Louis-Ferdinand Céline, coutumier d’une logorrhée antijuive et haineuse, mais dénonçant tout aussi bien la « connerie aryenne ».
Le cinéma n’est pas en reste, beaucoup moins clandestin, il est vrai, et moins frappé par l’antisémitisme en vigueur: « Les Visiteurs du soir » de Marcel Carné reçoit, très vite, un accueil enthousiaste du public. Car, paradoxalement, de cette période sombre de notre Histoire, et malgré une vigilante censure allemande, surgit un élan extraordinaire de créations littéraires et artistiques. Ce livre foisonnant nous fait ainsi traverser la France intellectuelle des années noires et Dan Franck, guide de ce voyage au bout de la nuit, a le formidable talent de nous passionner, sans relâche, pendant plus de 500 pages.

par JB

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s