« Attachement féroce » de Vivian Gornick chez Rivages

Journaliste , féministe, critique littéraire, Vivian Gornick nous livre ici une autobiographie écrite il y a trente ans, traduite en français pour la première fois.
Ce récit nous livre la relation difficile entre l’auteur et sa mère tout au long de leur vie. Les deux femmes échangent au cours de déambulations dans le New-York des années 1980. La mère est totalement la figure tutélaire de la mère juive, immigrée d’Ukraine dans les années 30. Elle est communiste, parle un anglais parfait (contrairement à d’autres immigré(e)s ; ces familles habitent le Bronx. Femme au foyer insatisfaite, cette mère a un avis sur tout, occupant une place dans sa famille, son entourage.

Très amoureuse de son mari, elle se renferme sur elle-même à son décès, la fille n’a alors que 14 ans. Elle sortira de son isolement pour travailler.
Gornick , par ces échanges entre mère et fille, nous raconte la vie dans un immeuble modeste, des immigrés, le lien entre toutes ces femmes qui se critiquent mais qui s’entraident aussi. Il y a une grande absence de figure masculine ; un frère apparaît peu dans le récit. Une femme émerge : Mettie, une non juive dans cet immeuble (!), Mettie qui perdra son mari jeune, aura un petit garçon (on ne sait pas dans le récit ce qu’il devient), Mettie modèle pour la jeune adolescente… Cette femme, pour la mère, est un danger, de par sa vie dissolue, sa liberté et qui risque de prendre la place de la mère alors qu’elle est non juive ! Mettie qui aura une influence pour la jeune fille sur sa vie de femme, d’amante.
La fille fera de belles études, fierté de la mère. Mais les hommes passent dans sa vie ! La mère respecte la réussite de sa fille, mais ne sait pas l’exprimer ; et la fille, malgré ses études, n’arrive pas à s’émanciper de la mère. Elle apprend le monde et la littérature, perd la foi. Cela contribue à tendre les relations mère/fille qui semblent sans cesse tiraillées entre haine et amour.
Et pourtant, elles sont inséparables, elles marchent, cheminent, se retrouvant « dans ce voyage autour de leur vie » dans un New-York qui leur a beaucoup apporté. Elles ont quitté le Bronx.
Attachement, détachement… des non-dits, le tout dans un style plutôt incisif et dur. Une lecture qui ne laisse pas indifférent…

Par E.S.A.

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s