« Un royaume d’olives et de cendres de Michael Chabon et Ayelet Waldman aux éditions Robert Laffont »

 

L’initiative de ce livre est déjà une réussite. Demander à 26 écrivains des quatre coins du monde d’aller vivre en Palestine, pour ensuite en faire une traduction écrite : un récit, une nouvelle, un événement, une enquête sur ce qu’ils ont vécu, compris ou appris. Quelle que soit la forme de ces 26 nouvelles, les tons employés ont tous des nuances différentes et instructives.


Avant de lire les nouvelles le lecteur est d’abord invité à connaître les auteurs avec une rapide biographie. C’est utile car l’état d’esprit avant le séjour dans les territoires occupés va évoluer. L’ampleur d’expérience et de perspectives se traduit dans chaque essai. Michael Chabon et Ayelet Waldman n’ont eu aucune attente politique. et sont restés attachés à ne rien censurer. Une équipe de contrôleurs d’informations ont scrupuleusement vérifié ce qui était écrit.


On est presque abasourdi par ce qu’on lit. On partage à chaque page le ressenti des auteurs, sans vraiment comprendre comment on a pu en arriver là. On avance d’Hébron à Naplouse en passant par Gaza et Jérusalem, en lisant des récits sur des enfants, des soldats, des sportifs, des observateurs. Lire ce livre est d’abord rendre hommage aux victimes quotidiennes de ces territoires, et remercier ceux qui tentent d’émettre des cris dans le silence assourdissant de la communauté internationale.

Par Nathalie P.

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s