« Et soudain, la liberté » de Caroline Laurent et Evelyne Pisier aux éditions Les escales

Un livre captivant, plein d’émotion, un livre doux, sincère, intense, un livre écrit à 4 mains grâce

A la très belle amitié entre ces 2 femmes, 2 femmes qui n’ont passé que 6 mois ensemble. Tout commence par la rencontre entre Evelyne Pisier, écrivain, politologue, féministe bien remplie qui souhaite parler de la vie de sa mère, et à travers celle-ci de la sienne, et Caroline Laurent, jeune éditrice (29 ans) aux Escales.

Après avoir pensé à une autobiographie, les 2 femmes sont tombées d’accord pour en faire une autobiographie romancée, en changeant les prénoms.

La relation de travail s’est vite transformée en une grande amitié faite d’admiration et de compréhension. Six mois d’amitié seulement, car vaincue par la maladie, Evelyne Pisier décède en février 2016 demandant à la jeune éditrice de terminer son histoire. Caroline Laurent s’est attelée jour et nuit à l’écriture, se basant sur les notes et cahiers d’Evelyne, certains remis par son mari Olivier Duhamel. De très beaux moments en cours de récit, lorsque Caroline s’adresse directement à Evelyne, la mêlant à la création qu’elle réalise ou partageant des bribes de sa propre histoire familiale.

Ainsi posée la genèse de ce livre à 4 mains , l’histoire… Evelyne Pisier , Lise dans le livre, est née dans une famille de la haute bourgeoisie. Son père André fait une belle carrière en Indochine, colonie française… Bel homme sûr de lui, autoritaire, avec une certaine vision de la France : coloniale, antisémite et collabo pendant la guerre. Il voit les minorités ethniques (et les femmes) comme des êtres inférieurs…Née en 1941 , donc pendant la guerre ; Lise enfant vit heureuse, insouciante, bercé par l’amour de sa nounou… La mère mène une vie mondaine… Le Japon envahit l’Indochine ; les hommes sont emprisonnés, les femmes (nombreuses seront celles violées) et les enfants internés ailleurs…4 longues années… ( la sœur réelle Marie France n’apparaît pas dans ce récit selon un souhait d’Evelyne). Mona la mère est tombée très jeune amoureuse de son mari, l’a suivi en Indochine, faisant l’orgueil de son mari par sa beauté. Elle éprouve pour lui une véritable passion malgré des propos et attitudes violents de son mari. Après la chute de L’Indochine, un passage chez les parents de Mona dans le sud de la France, la famille s’installe à Nouméa ; ce sera la naissance du garçon Pierre. Vie insouciante mais Mona souffre de l’autoritarisme d’André. Malgré les mondanités, sa rencontre la plus importante sera celle de Marthe, bibliothécaire qui lui fait découvrir « Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir. Prise de conscience de Mona ; elle prend un amant dont elle est très amoureuse…. Obtiendra son permis de conduire (malgré l’opposition du mari qui n’entend pas cette liberté). Mari infidèle qui n’admet pas celle de sa femme !! Alors, Mona le quitte, revient en France avec ses enfants. Divorce à ses torts bien entendu car le mari a tous les droits surtout vis-à-vis de l’environnement de Nouméa ! Lise/Evelyne est alors scolarisée à Nice, brillante élève, très opposée à ce père autoritaire et raciste. Alors que Mona s’apprête à partir en Afrique avec son amant pour une nouvelle vie, André revient… avec la passion aussi et l’influence. Re-mariage et retour à Nouméa au désespoir de Lise, mais ce qui forgera son caractère. Vie à nouveau impossible avec un mari et père toujours autoritaire et infernal. Nouveau divorce et retour à Nice. Mona va apprendre alors le métier de secrétaire pour subvenir aux besoins de sa famille. Mère et fille vont très vite s’engager dans les mouvements pour les Droits des Femmes , la contraception, l’avortement… Lise, très belle, mène une vie très libre, suit sa mère au Planning familial… Et ce sera Mai 1968 que la famille vit « à fond ». De nombreux évènements, témoins de cette période agitée.
Installation à Paris ; mère et fille militent toujours. Lise/Evelyne , tout juste 18 ans, fait partie d’un collectif de jeunes, enthousiasmés par la révolution cubaine… Emmenés par un jeune médecin,(Victor/Bernard Kouchner) , ces jeunes se rendent à Cuba à la rencontre de Fidel Castro , un modèle. C’est alors que Lise connaît une belle histoire d’amour ( réciproque) avec Fidel Castro. La jeune fille y reste un peu, revient, échange de nombreuses lettres enflammées (Caroline Laurent aura pris connaissance de ces lettres), mais rompra lorsque le révolutionnaire lui demande d’avoir un enfant…. Mona la mère lui rappelle l’importance de la liberté féminine. A son retour, Lise tombe amoureuse de Victor ; ils auront un 1er enfant ; mais Lise poursuit ses études, et ira jusqu’à l’agrégation de Droit Public dans une société encore peu ouverte aux études des femmes surtout lorsqu’elles ont des enfants !!! Des jumeaux naissent. Mais lassée des infidélités, Lise part aves ses enfants ; elle les élèvera seule, travaillant, toujours fidèle à la cause féminine. Elle se remariera avec Olivier Duhamel.

Les parents Mona et André se suicideront , refusant tous deux la vieillesse. Mona aura milité jusqu’au bout pour les femmes, l’aide à mourir dans la dignité, accompagnant les homosexuels.

Passionnant donc ce parcours de 2 femmes exceptionnelles, de 2 vies de combats pour se réaliser tout en assumant la maternité… Féminines et féministes, des trajectoires foisonnantes dans un contexte historique important . Si la vie d’Evelyne Pisier et celle de sa mère sont passionnantes, le parcours de Caroline Laurent est prometteur. Ce livre a été, pour moi, un très moment de lecture.

 

 

Par E.S.A

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s