« L’Avancée de la nuit » de Jakuta Alikavazovic aux éditions L’Olivier

Quel étrange livre ! Une expérience littéraire peu commune. Je ne connaissais pas cette jeune auteur dont c’est le 4ème livre, mais l’histoire m’avait interpellée ! Ce n’est pas vraiment un livre facile : roman dense, d’une écriture précise et exigeante mais qui demande de l’attention, de la concentration ! L’intrigue est compliquée, liée à l’auteur , l’histoire de sa famille, de son pays, l’ex-Yougoslavie.

Paul est étudiant en architecture, gardien de nuit à l’hôtel Ellisse afin de payer ses études. Amelia Dhers y occupe la chambre 313 ; on ne sait qui elle est vraiment : riche héritière, jeune femme volage… Paul, de son poste de surveillance, observe cette jeune fille dont il va tomber amoureux. Ils suivent tous deux les cours d’Anton Albers (une femme) qui écrit une thèse « sur la nuit » et fait un cours sur « la ville de demain ». Paul n’est pas sûr de tout comprendre !! Cette Anton est le seul lien qui rattache Amelia à sa mère qui l’a abandonnée alors qu’elle avait 10 ans, une femme qui écrivait des poèmes sur la guerre de Sarajevo ; Paul et Amelia vont s’aimer; mais Amelia va disparaître car « elle a autre chose à faire que d’être amoureuse, être amoureuse c’est une façon de ne pas vivre ». Elle part à la recherche de sa mère. Paul aurait aimé cadrer cette femme qu’il aime, trouver le bonheur avec elle. Il achètera un appartement pour son retour, fera fortune dans une entreprise de sécurité, élèvera seul leur fille.

Ces 2 jeunes gens cherchent une issue vers la lumière, la liberté pour donner un sens à leurs vies. Paul y croit. Mais nous savons dès le début qu’Amelia se suicidera, dernière forme de liberté pour elle. Tout le roman est sur le thème de l’abandon. L’auteur semble marquée par cette guerre civile en Bosnie, guerre qu’elle n’a pas connue puisqu’elle n’a que 30 ans ; mais cette guerre aura pesé sur l’histoire de sa famille.

Les phrases sont souvent longues et demandent parfois une re-lecture ; il faut être bien au calme. C’est certes un beau roman mais très difficile. J’ai vraiment du mal à le suivre tout en me posant tout au long de ma lecture des questions sur le thème choisi. Je pense qu’il faut le lire pour avoir une appréciation personnelle.

Par E.S.A

 

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s