« L’absolue perfection du crime » de Tanguy Viel aux éditions Minuit

Nous voilà plongés dans un bon vieux film des années 60 : « Touchez pas au grisbi », « Les tontons flingueurs »…

Une bande de « bras cassés ». Marin en est le chef. Il est entouré par Andrei plutôt falot et par Pierre, jeune caïd de la banlieue brestoise… Tous sont chapeautés par « l’oncle » qui n’a rien d’un oncle mais plutôt d’un vieux « parrain » sur le retour. C’est « la famille ».

Leur prochain coup, c’est le casino.

« Nous, peut-être on était des caïds, peut-être quelque chose sur nos visages faisait peur à voir et peut-être dans la ville, un temps on a eu peur de nous, de nos arnaques bien faites, de nos vestes noires, peut-être on aurait pu continuer de tourner en voiture dans les quartiers sombres, de prendre l’argent dans les sales mains, mais c’est sûr, le casino, tout ce qu’on avait à faire, c’était de passer devant la porte en baissant la tête.

Et tout le livre est d’une subtilité inouïe: la description de la rade, de l’appartement de Marin, de sa voiture et les personnages sont haut en couleur.

C’est peut-être « l’absolue perfection du crime », « mais surtout l’absolue perfection du style.

Un pur régal.

par MAG

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s