« La tristesse du samouraï » » de Víctor del Árbol aux éditions Actes Sud

Une femme sur un quai de gare, accompagnée d’un petit garçon. Elle n’ira jamais à Lisbonne où elle comptait se réfugier. Elle sera assassinée dans une carrière sordide par un homme de main à la solde de son mari phalangiste.
Victor del Arbol nous raconte une histoire de vengeance, de malheurs et d’intrigues. Qu’est devenu ce petit garçon ? Les phalangistes ont-ils disparu du paysage politique ou se sont-ils recyclés sous un vague vernis démocratique ?

Quels liens se tissent entre les personnages, entre les époques ?

Lire la suite

Publicités

« Gabriële » de Anne et Claire Berest aux éditions Stock

Anne et Claire Berest ont mis leurs talents respectifs de romancières en commun pour partir à la recherche de leur arrière-grand-mère. Celle-ci est morte à 104 ans et ce n’est qu’à son décès qu’elles ont entendu parler d’elle. Il faut dire que Gabriële, Gaby pour son mari et ses amis, eut une vie libre et peu soucieuse de ses enfants ; l’omerta familiale fit le reste.

Gabriële était une jeune fille du début du siècle qui se destinait à la musique quand elle rencontra Francis Picabia, un ami de son frère. Coup de foudre ? Coup de cœur ? Coup de tête ? Ils se marient rapidement.

Lire la suite

« Frappe-toi le cœur » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

Tel un métronome, Amélie Nothomb nous offre son roman de l’automne. 2017 est un bon cru !
Diane, petite fille précoce, douée et belle n’a jamais été aimée par sa mère. Arrivée trop tôt dans la vie de sa mère et suivie d’un petit frère que sa mère saura aimer et d’une petite sœur qui sera « l’adorée », Diane prend acte de l’impossibilité de sa mère à l’aimer et de la jalousie maladive qui mine leurs rapports. Sagement la petite Diane s’éloigne de sa famille et assume sa vie sans amour. Elle se jette à corps perdu dans des études de médecine. Jusqu’au jour où elle rencontre une femme qui pourrait être la mère qu’elle n’a pas eue.

Lire la suite

« Le commis » de Bernard Malamud chez Rivages

Réputé comme un des représentants de la littérature new-yorkaise et juive, au même titre que son contemporain Saul Bellow ou Philip Roth, plus jeune de quelques années, Bernard Malamud gagne à être connu ; ces traductions revisitées de ses romans permettront à un public plus large d’entrer dans cette œuvre unique.


Morris, un épicier juif de Brooklyn, voit son petit commerce péricliter. Humble et pauvre, il courbe le dos face aux difficultés de la vie. Ida, son épouse, se lamente à ses côtés, plus lucide mais tout aussi impuissante à changer le cours des choses.

Lire la suite

« Trois saisons d’orage » de Cécile Coulon chez Viviane Hamy

Cette saga raconte l’implantation d’une famille de médecins dans une campagne reculée. André, après avoir connu la guerre et ses horreurs choisit de s’installer aux Trois-Gueules, massif montagneux voué aux carrières de pierres, dans le petit village des Fontaines. Son fils Benedict prendra sa suite et sa femme Agnès viendra le rejoindre. Leur fille Bérangère tombera amoureuse d’un garçon du village… Mais tout est-il si simple ?

Lire la suite

« Fendre l’armure » de Anna Gavalda chez Dilettante

Avec ce livre Anna Gavalda revient au genre qui l’a fait connaître, le recueil de nouvelles. C’est dans ces histoires courtes, quelques pages, au rythme rapide et à la chute maitrisée qu’elle excelle.
7 personnages, 7 tranches de vie, 7 univers. Un point commun : ils camouflent leurs émotions, se cachent derrière une indifférence de façade, se murent dans le silence et la peine.
La diversité des personnages et des situations sociales donnent du souffle au livre malgré la minceur de l’intrigue. C’est un directeur général, riche héritier qui voit sa femme partir sans savoir la retenir, corseté dans une éducation qui lui a appris à cacher ses émotions ; il est recueilli par son voisin de palier, dont la vie Lire la suite

« L’homme de la montagne » de Joyce Maynard chez Philippe Rey

Dans la banlieue de San Fransisco, Rachel et Patty, deux sœurs inséparables, traînent leur désœuvrement estival. Elles sont livrées à elles-mêmes malgré la présence évanescente de leur mère dépressive et les courtes visites de leur père qui vient de quitter le foyer conjugal. Elles n’ont rien d’autre à faire que de regarder la télévision du voisin à travers la fenêtre, se promener dans la montagne qui entoure leur quartier et se raconter des histoires, affalées sur leur lit.


Quand une série d’assassinats de jeunes filles va bouleverser leur quotidien et donner corps à leur imagination. Et c’est leur père qui mène l’enquête …

Lire la suite

« Dans la forêt » de Jean Hegland chez Gallmeister

Que s’est-il passé ? Les gens fuient les villes, l’essence vient à manquer, les communications sont coupées, plus d’électricité. Et pourquoi Nell et Eva, deux sœurs adolescentes sont-elles seules – abandonnées- dans la maison près de la forêt ?

L’auteur nous livre quelques bribes d’explication, des mouvements sociaux, une crise des ressources énergétiques… Rien de précis mais fort plausibles. Et de nombreuses rumeurs alimentées par l’angoisse d’une situation inédite.

Lire la suite

« Anthracite » de Cédric Gras chez Stock

Certains lecteurs se souviennent du précédent livre de Cédric Gras, écrivain-voyageur dans la lignée d’un Sylvain Tesson, Vladivostock : une plume, un regard, une distance amusée et une connaissance profonde de son sujet de prédilection, la Russie.

On retrouve les mêmes qualités littéraires pour nous raconter façon road trip les tribulations de deux amis dans une Ukraine en guerre aux prises avec les révolutionnaires, les indépendantistes, les sécessionnistes…

Lire la suite

« Voyage d’hiver » de Jaume Cabré chez Actes Sud

Existe-t-il le hasard qui nous fait choisir un livre pour une couverture qui nous émeut ou un titre qui nous parle ? Probablement pas. Il me semble que ce beau titre qui évoque Schubert et ce paysage désolé et enneigé sur la couverture de l’ouvrage appellent à la lecture. Et quelle découverte ! Ces quatorze nouvelles – indépendantes les unes des autres – manient les grands thèmes de la vie et de la littérature avec brio, élégance, profondeur. La place de la musique, l’art salvateur, le goût des livres ou encore la question du mal sont les sujets évoqués dans ces nouvelles mais aussi dans toutes l’œuvre de Jaume Cabré. Servi par une très belle traduction, Jaume Cabré interroge son lecteur sur le rapport de toutes choses les unes avec les autres dans la vie. Il évoque Bach, Schubert ou Rembrandt, figures européennes éternelles comme les désordres et les violences de l’Histoire qui ont secoué l’Europe au long des siècles.

Lire la suite