« Né d’aucune femme » de Franck Bouysse aux éditions La Manufacture de Livres

Gabriel, un jeune curé est appelé dans un asile pour bénir le corps d’une défunte ; sous la robe de cette femme il est chargé de récupérer « les cahiers de Rose »; les pages sombres qu’il va découvrir sont le récit de la vie de Rose. Ainée de quatre filles, elle a été vendue par son père, pauvre paysan, à Charles. Elle deviendra l’esclave de Charles et de sa mère.
La noirceur humaine, la violence, la maltraitance sont traitées dans un récit à plusieurs voix.
L’écriture est fine, précise et plutôt agréable mais les âmes sensibles peuvent contourner ce roman.

par BL

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

« Les dames de Kimoto » de Sawako Ariyoshi aux éditions Folio

Sawako Ariyoshi, la «  »Simone de Beauvoir » » japonaise nous livre une fresque sociale délicate, poétique et passionnante ; le roman débute avec Toyono chargée de l’éducation de sa petite-fille Hana qui a perdu sa maman ; elle lui transmet les règles de la femme modèle dans la société japonaise de la fin du XIXè siècle. Comment endosser un kimono, assortir un tissu et comment veiller au bonheur de son époux ces objectifs essentiels selon Toyono.
Hana quitte sa grand-mère pour la famille de son époux et la vie continue avec ses ruptures, ses accomplissements et ses changements. Un jour elle est grand-mère à son touret elle mesure sa place entre tradition et modernité, sagesse et émancipation.
Pour les amateurs de littérature japonaise, ne passez pas à côté de ce petit bijou. Lire la suite

« J’ai couru vers le Nil » de Alaa el-Aswany aux éditions Actes Sud

A travers le destin d’une galerie de personnages issus de milieux divers Alaa al-Aswany nous raconte la révolution de 2011 en Egypte. C’est l’envers de ce que les médias nous ont relayé et c’est la vie de la Place Tahrir animée par tous ceux qui ont le désir de « construire une Egypte nouvelle, propre et respectable. »
Les personnages sont colorés et quelques passages teintés d’humour à la manière de l’auteur de l’Immeuble Yacoubian dont l’écriture est remarquable.
La répression terrible avec humiliations et tortures des manifestants est clairement dénoncée et ce roman est interdit en Egypte ainsi que dans une grande partie du monde arabe.

par BL

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

« Les victorieuses » de Laetitia Colombani aux éditions Grasset »

Construit sur deux périodes, l’auteur de La Tresse nous emporte auprès de deux femmes « fortes » : la première, Blanche, s’est battue en 1925 pour créer Le Palais de la Femme où les victimes de la société trouvaient refuge et la seconde, Solène, brillante avocate de nos jours qui, au sortir d’un burn-out, se reconstruit en aidant les femmes grâce à son écriture.

Lire la suite

« Le restaurant de l’amour retrouvé » de Ito Ogawa aux éditions Philippe Picquier

Rinco vit avec son petit ami indien dans une grande ville japonaise mais un soir elle trouve l’appartement totalement vidé; il ne reste rien absolument rien hormis une jarre de saumure léguée par sa grand-mère. Elle en perd la voix et n’a qu’une solution demander l’asile à sa mère avec laquelle la relation s’est un peu distendue.

Lire la suite