« La paria » de Claude Kayat aux éditions Maurice Nadeau

Fatima, jeune fille d’une famille pauvre de Bédouins, ces Arabes nomades qui vivent dans le désert, loin des villes et des villages, et Yoram, adolescent juif, né et grandi dans une famille opulente, propriétaire de vastes terres semées d’amandiers, s’éprennent l’un de l’autre. Comment pourrait-il en être autrement ? Ces deux-là se ressemblent tant qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Fors leurs fatidiques origines familiales et culturelles, hélas…
Fatima, belle adolescente, est douce et sensible, et Yoram, bien fait de sa personne lui aussi, est un garçon aux « traits délicats, [au] tempérament rêveur et taciturne, [à l’] âme vibrante » que rend malade la perspective de porter bientôt l’uniforme de Tsahal, l’armée israélienne. Comme son frère, il y a quelques années, qui y laissa la vie.
Quand Yoram Lire la suite

« La panthère des neiges » de Sylvain Tesson aux éditions Gallimard

Température extérieure : moins 20, moins 30 ; température intérieure : parfois la même !!
Altitude entre 4000 à 5500
Nous sommes au Tibet : toutes ces étendues gelées constituent le décor envoûtant, fabuleux, dépaysant du nouveau livre de Sylvain Tesson.
Son guide n’est autre que le célèbre photographe animalier Vincent Munier dont les prises de vue subliment la beauté du monde et surtout du monde animal. Sa vie, c’est l’affût. Sa vie, c’est l’attente pour le « moment où… ». De l’art naît de ses clichés. (Soyez curieux !! photos sur internet).
Sylvain Tesson est l’accompagnateur, un magnifique accompagnateur qui, de ses commentaires au vocabulaire audacieux nous livre un récit merveilleux car, là-bas, tout n’est Lire la suite

« Le cœur de l’Angleterre » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard

Jonathan Coe écrit, fiction après fiction, un seul et même roman, celui de l’Angleterre contemporaine. Depuis Testament à l’anglaise (1994), chronique acide de la dynastie de la famille Winshaw et de la corruption dans l’Angleterre de Thatcher des années soixante-dix et quatre-vingt, en passant par Bienvenue au club et Le cercle fermé (2002 et 2006), tableau des années Blair, Coe passe au scanner le quotidien des Britanniques avec une pertinence et une cruauté toujours teintées humour. Le cœur de l’Angleterre (2019) est de la même veine. Et l’on est cette fois plongé dans les années Cameron, May et Johnson, celles qui mènent au Brexit.
Le livre s’ouvre sur l’enterrement de l’épouse de Colin Trotter, maman de Benjamin. Nous sommes au cœur de l’Angleterre, dans Lire la suite

« Une minute quarante-neuf secondes » de Riss aux éditions Actes Sud

Après Catharsis , une BD où Luz, dessinateur de Charlie Hebdo, tentait d’évacuer, de son rude trait de crayon, le traumatisme de l’attentat du 7 janvier 2015, dans un enchaînement de saynètes qui racontaient la douleur, l’amour, le désespoir, la peur de vivre et la volonté, parfois, de tout abandonner, après Le Lambeau , récit extraordinaire où Philippe Lançon nous plongeait dans la souffrance et le doute de ses longs mois d’hôpital avec une qualité d’écriture exceptionnelle, Riss vient de nous livrer à son tour sa vision et sa perception de l’attentat de Charlie Hebdo dans un récit magistral, Une minute quarante-neuf secondes.
Le 7 janvier 2015, en fin de matinée, Paris a vécu une scène de guerre, brève – « une minute quarante-neuf secondes » -, sanglante – 10 morts, au cœur de la capitale, rue Nicolas-Appert, 11è arrondissement -, précise – « les coups de feu avaient été tirés avec soin et atteignirent presque tous leurs Lire la suite

« Retour à Lemberg » de Philippe Sands aux éditions Livre de Poche

Retour à Lemberg nous emmène sur le terrain du droit international et de la défense des Droits de l’Homme au lendemain du second conflit mondial. Philippe Sands s’est passionné depuis toujours pour le procès de Nuremberg de 1945-1946, étape inaugurale d’un événement judiciaire fondateur qui a placé pour la première fois les dirigeants d’un État devant une Cour internationale de Justice pour crime contre l’humanité. Ce livre est un récit polyphonique : à la fois historique, juridique, géographique et familial écrit par Philippe Sands, avocat franco-britannique de droit international connu par ailleurs pour avoir plaidé pour l’extradition de Pinochet, contesté la légalité de l’intervention occidentale en Irak ou dénoncé les pratiques carcérales américaines dans les prisons de Guantanamo.
Philippe Sands nous emmène dans ce livre au cœur Lire la suite

« Propriété privée » de Julia Deck aux éditions de Minuit

« Quand un couple de bobo-parisiens décident de se mettre au vert !

Evidemment, ils investissent dans un quartier chic avec pavillon genre éco-lodge construit dans un lotissement très privé avec impasse pour espérer rester entre gens de bonne compagnie.

Mais… c’est là que le rêve ne rejoint pas la réalité : des finitions bâclées, des murs non phoniques, des commérages sur tout un chacun, des voisins bruyants et… la mort d’un chat !

Le récit prend des tournures inattendues car les voisins sont quand même bougrement cocasses. La tension monte.

Un récit drôle, enlevé, très caustique racontée par l’héroïne plutôt pince sans rire.

Un récit actuel

« Je connaissais les microshorts d’Annabelle. Elle en possédait toute une collection, qu’elle assortissait avec des talons compensés quand elle avait flairé le gogo à l’agence. J’avais également noté à quel point les microshorts confèrent de l’esprit à celles qui les portent et combien les auditeurs les créditent soudain d’une verve insoupçonnée ».

par MAG

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

« Cora dans la spirale » de Vincent Message aux éditions du Seuil

« Un gros coup de coeur !

Une jeune femme dévorée par une société de l’image, du résultat, du bon cadre…

Une jeune femme passionnée de photos humanistes se retrouve dans le service marketing d’une société d’assurance : bureau open-space, 27éme étage, la Défense.

Une jeune femme pleine d’envies se retrouve coincée par un prêt immobilier incluant l’achat d’un pavillon de banlieue et les heures de transports, pour accéder à son travail, qui vont avec.

Une jeune femme qui a la vie devant elle se retrouve ligotée entre son mari, le bébé, la nounou, les courses… et le temps qui file, qui file… plus de rêves, plus de décompressions…

Lire la suite

« Âme brisée » de Akira Mizubayashi aux éditions Gallimard

Voilà le cinquième livre et deuxième roman d’un merveilleux écrivain japonais féru de littérature française, maîtrisant parfaitement notre langue dans un style toujours fluide et délicat. Akira Mizubayashi, marié à une Française et homme de deux cultures, nous avait séduits avec « Une langue venue d’ailleurs » où, disait-il, il évoluait dans une forme d’entre-deux et s’abandonnait avec délice à « cette errance entre les deux langues ». La musique est aussi son territoire et sa passion. « Un amour de mille-ans », son premier roman, baignait dans la musique de Mozart. « Âme brisée » nous fait découvrir cette fois l’enchantement et les miracles nés de l’aventure d’un violon à la sonorité sublimée par la musique de Schubert et de Bach.
Dimanche 6 novembre 1938, Tokyo, un petit ensemble de musique de chambre répète dans un centre culturel d’un quartier de la capitale japonaise. Yu, un professeur d’anglais, a réuni là trois de ses étudiants, musiciens comme lui : Kang, un violoniste, Yanfen, une altiste, et Cheng, un violoncelliste, tous les trois chinois. Yu, lui, est japonais. Blotti dans un coin de la salle, Rei, « politesse » en japonais, jeune fils de Yu, est plongé dans la lecture d’un livre, tout en ne perdant pas une miette de la répétition.

Lire la suite

« Nuage rouge » de Christian Gailly aux éditions Minuit

« Paru en 2000, ce roman a obtenu le prix France Culture.

Sur une route de campagne, un homme croise la voiture de son ami Lucien, grand amateur de la gent féminine, mais c’est une jeune femme au visage ensanglanté qui est au volant ! du rouge.

Une intuition lui fait craindre le pire et il part à la recherche de l’absent qu’il retrouve dans la clairière : son lieu de prédilection pour emmener et essayer de conclure avec toutes ses conquêtes. L’ami est tailladé, sanglant : là aussi, beaucoup de rouge !

Revenu d’entre les morts, Lucien demande instamment à son ami de retrouver la jeune femme qui s’appelle Rebecca Lodge, veuve inconsolable de son beau capitaine au long cours et résidant au Danemark : s’ensuit un voyage à Copenhague pour la retrouver… et après….

Un style minimaliste très efficace; en fait, l’auteur emmène le lecteur où il veut qu’on aille et, on va de revirement en revirement.

Cristian Gailly est mort en 2013.

A découvrir ou re-découvir (belles éditions de Minuit)

par MAG

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici.

« La plus précieuse des marchandises » de Jean-Claude Grumberg aux éditions le Seuil

Comment parler de la Shoah ? Comment dire l’enfer ? Primo Levi, David Rousset, Robert Antelme, entre autres, ont décrit et écrit l’abomination des camps et de la déportation dans des livres inoubliables, « ces chefs-d’œuvre de littérature débarrassés de toute littérature » comme l’a dit si justement Edgar Morin. Un autre de ces témoins de l’holocauste, Jean-Claude Grumberg, fils et petit-fils de déportés, a pris le parti d’écrire sur la Shoah sous la forme d’un conte pour dire, à sa manière, l’indicible et l’horreur et transmettre la douleur et le deuil sans fin et sans fond des rescapés du plus grand massacre antisémite de tous les temps. Grumberg s’est expliqué sur ce choix formel : « Un conte n’est pas historique. Un conte est quelque chose d’intemporel. On ne peut pas dire en détail les choses. Le conte permet, d’abord d’aller vite. Quand on conte, on n’est pas là pour assommer les gens, c’est l’histoire que l’on raconte qui peut les assommer. Mais le ton que vous devez avoir dans le conte, c’est un ton retenu. Le conte dit tout sans le dire. Il laisse deviner les choses. » Marguerite Yourcenar ne disait pas autre chose : « L’atrocité n’est jamais plus affreuse que montrée dans ses moments les plus modérés. »

Lire la suite