« Suiza » de Bénédicte Belpois aux éditions Gallimard

« Les manques lui ont fait une fragilité d’oeuf, alors qu’ils t’ont donné une carapace de tortue. Elle seule sait te l’enlever sans t’arracher la peau, toi seul sait la protéger comme elle le souhaite sans la casser. Vos deux faiblesses mises ensemble, ça fait quelque chose de solide, une petite paire d’inséparables. C’est pas souvent mais des fois, quand tu mélanges bien deux malheurs, ça monte en crème de bonheur.
Un premier roman magnifique.

Suiza, d’une beauté diaphane, est une femme-enfant quelque peu attardée que la vie n’a pas épargnée et dont on profite…

Tomas, riche paysan espagnol de Galice, un grand costaud est atteint d’un cancer.

Ces deux personnages se Lire la suite

Publicités

« Proust, Prix Goncourt… » de Thierry Laget aux éditions Gallimard

En 1919, la France sortait de la première guerre mondiale. Le prix Goncourt avait été successivement, et exclusivement, attribué pendant cette période tragique à des romans de guerre, dont « Le Feu » d’Henri Barbusse en 1916 et « Civilisation » de Georges Duhamel en 1918.

Lire la suite

« Mes vies secrètes » de Dominique Bona aux éditions Gallimard

« Je le sens bien, vous n’écrirez plus de romans… ». C’est François Nourissier qui dit ces mots à Dominique Bona quand elle vient rendre visite au vieil écrivain, malade et isolé dans sa demeure parisienne. Cette phrase la touche au cœur, elle qui fut d’abord une romancière deux fois couronnée – Prix Interallié et prix Renaudot. François Nourissier dit juste, confesse-t-elle, « le genre s’éloignait de moi et me menaçait d’un départ définitif ». Car Dominique Bona est devenue, au fil de son œuvre, d’abord une biographe elle aussi reconnue et distinguée comme la romancière – Goncourt de la biographie pour « Berthe Morisot, le secret de la femme en noir » en 2000, puis Prix Prince Pierre de Monaco pour « Clara Malraux, Nous avons été deux » en 2009 -. Elle s’en explique, d’une plume lumineuse portée par cette grâce et ce charme des mots dont elle est coutumière, dans son dernier livre « Mes vies secrètes », paru en janvier 2019 chez Gallimard.

Lire la suite

« La passagère du vent » de Alonso Cueto aux éditions Gallimard

La guérilla entre le mouvement communiste du Sentier lumineux (El sendero luminoso) et l’armée régulière péruvienne déchira le Pérou dans les années 1980 et 1990. La pugnacité et la barbarie sans limites des deux camps firent 70000 victimes dans la population du pays. La paix, relative, est revenue à présent, mais la douleur de ces années de feu et de sang, de tortures et d’assassinats commis de part et d’autre, reste vive dans la mémoire collective, une douleur vécue autant par les militaires que par les populations civiles aisées des grandes villes, à Lima en particulier, et les populations paysannes, pauvres et éloignées, des montagnes andines. Alonso Cueto, romancier péruvien, ami du grand Mario Vargas Llosa, s’est attaché à nous montrer la réalité de cet « après-guérilla » à travers une trilogie intitulée Rédemption dont deux volumes ont été déjà traduits en français : Avant l’aube (en 2007), et La passagère du vent (en 2018). Un troisième volume, La pasajera, attend encore d’être accessible aux lecteurs francophones. Lire la suite

« Le coeur converti » de Stefan Hertmans aux éditions Gallimard

Un puits d’oubli à la mémoire infinie

Après l’extraordinaire plongée autobiographique de Guerre et Térébenthine (Gallimard, 2015) autour de la figure du grand-père de l’auteur et la térébrante évocation du carnage de l’Europe en 1914, Stefan Hertmans, Belge de Gand et néerlandophone, nous revient avec un roman entièrement construit autour d’un parchemin hébraïque du XIe siècle retrouvé parmi les deux cent mille documents de la Genizah du Caire – ce lieu dans la synagogue Ben Ezra où l’on jetait tout le rebut hébraïque et les écrits qu’on ne pouvait détruire car le nom de Dieu ne pouvait l’être – et pieusement archivé au Manuscript Room de l’University Library de Cambridge, en Angleterre. Le titre original de ce livre, De Bekeerlinge, renvoie à « la prosélyte », mais l’excellente traduction qui nous est ici donnée privilégie ce Cœur converti, car c’est bien ici, avant tout, d’une histoire d’amour qu’il s’agit. Lire la suite

« La route de la mer » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

Philippe Le Guillou nous livre un nouveau roman, « La route de la mer », qui voit deux personnages, un frère et une sœur, parcourir ensemble les décennies 70 et 80, de Pompidou à Mitterrand, dans la fièvre de leur art. Anna est une pianiste d’exception et admirable interprète de Liszt. Lui, dessinateur et sculpteur, vit dans l’admiration, et l’ombre, de cette sœur adulée de tous.

Lire la suite