« Un automne de Flaubert » de Alexandre Postel aux éditions Gallimard

Retiré à Concarneau le temps d’un automne, entouré de quelques-uns de ses amis, Gustave Flaubert, en panne d’inspiration, respire les vents océaniques régénérateurs qui vont lui redonner la force, espère-t-il, de venir à bout d’un fichu Bouvard et Pécuchet calé au milieu du gué. De ce séjour saisonnier du vieil écrivain normand en Bretagne, un jeune romancier, nourri lui-même des mots du grand homme, va nous offrir un court et magnifique récit.
En 1875, Flaubert a 54 ans. Il est à six ans du terme de sa vie. Et ce bourreau de travail en cette année-là est fatigué. Sa mère est morte trois ans auparavant, conscient mais un peu tard qu’elle était « l’être qu’il a le plus aimé ». « Et autour de lui, tout meurt » : son ami Bouilhet à qui il lisait régulièrement les pages fraîchement écrites de sa Lire la suite

« Haute couture » de Florence Delay aux éditions Gallimard

Zurbarán, peintre sévillan du Siècle d’or espagnol, contemporain de Vélasquez, fut étiqueté « peintre des moines ». Assurément il le fut tant il offrit une impressionnante vision de son « éventail » monastique. L’homme, trois fois marié, dix fois père, a donné le sentiment d’avoir passé sa vie dans les couvents et de n’avoir eu de cesse d’observer et portraiturer moines et conventuels, sujets revêtus de blanc, de gris et de noir, couleurs de leurs robes du plus élémentaire et austère chromatisme. Le peintre a laissé ainsi un vaste tableau de la vie du monachisme espagnol. Tout au moins parle-t-on des communautés d’hommes, car les femmes qu’il a peintes, et les saintes en particulier, sont sensiblement plus rares dans les collections, galeries et musées européens et américains. Florence Delay, dans un essai bref et lumineux, Haute couture, fait Lire la suite

« Le ghetto intérieur » de Santiago H. Amigorena aux éditions POL

Santiago Amigorena déroule au fil de ses livres et depuis un quart de siècle une biographie familiale et personnelle, « pour combattre le silence qui m’étouffe depuis que je suis né » écrit-il en préliminaire à ce dernier volume de la série, Le Ghetto intérieur. Les titres de ses précédents livres témoignent de cette difficulté à dire et à écrire: Une enfance laconique, Une jeunesse aphone, Une adolescence taciturne, Une maturité coite. Le Ghetto intérieur est de cette veine, celle de l’angoisse, de la culpabilité et du silence que Santiago nous fait revivre à travers la figure de son grand-père, Vicente, en proie à ce qu’il appelle dans ce dernier livre « la cruauté inutile de la mémoire ».
Cette mémoire est celle qui a hanté peu à peu, inexorablement, la vie de son grand-père, Vicente Lire la suite

« La bataille d’Occident » de Éric Vuillard aux éditions Actes Sud

Les livres successifs d’Eric Vuillard se font écho et bâtissent une œuvre d’un genre hybride. Sont-ils romans, récits, essais historiques ? Ou tout cela à la fois ? « C’est peut-être la singularité de mes livres, ils méconnaissent la division des pouvoirs entre la littérature et d’autres disciplines » dit Eric Vuillard. C’est ce que fait notre auteur dans son dernier livre paru, « L’ordre du jour », prix Goncourt 2017. Avant « L’ordre du jour », Vuillard a exploré à sa façon, dans « La Bataille d’Occident », les racines et les développements de la Grande Guerre, une guerre « à la fois obscure dans ses causes, brutale dans son déclenchement et terrible dans ses effets » nous dit-il.

Lire la suite

« Le vertige des étreintes » de Albert Bensoussan aux éditions Maurice Nadeau

Les livres d’Albert Bensoussan prennent naissance dans le terreau judéo-arabo-berbère de son Algérie natale, en particulier dans la blanche et inoubliable Alger d’avant la guerre d’indépendance, comme il l’a si bien raconté tout au long de ses romans et récits, en particulier dans ses derniers textes, « La Véranda » et « L’Anneau ». Avec « Le vertige des étreintes », Albert Bensoussan nous offre peut-être le plus accompli de ses textes, baroque et poétique, flamboyant et déchirant, puisé dans cette mémoire méditerranéenne qu’il n’a cessé de chanter, et enchanter, depuis près d’un demi-siècle.

Lire la suite

« La route de la mer » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

Philippe Le Guillou nous livre un nouveau roman, « La route de la mer », qui voit deux personnages, un frère et une sœur, parcourir ensemble les décennies 70 et 80, de Pompidou à Mitterrand, dans la fièvre de leur art. Anna est une pianiste d’exception et admirable interprète de Liszt. Lui, dessinateur et sculpteur, vit dans l’admiration, et l’ombre, de cette sœur adulée de tous.

Lire la suite

« La soie du sanglier » de Emmanuelle Delacomptée aux éditions JC Lattès

Emmanuelle Delacomptée, jeune professeur agrégée, nous avait dévoilé en 2014, dans un récit d’un réalisme réjouissant, sa toute première expérience pédagogique dans un village de Normandie. C’était « Molière à la campagne ». L’auteur s’aventure à présent, pour la première fois, sur le terrain du roman, avec « La soie du sanglier », joli titre allitératif et métaphorique qui annonce un texte ancré en Périgord, mêlant rudesse et tendresse, porté par une langue extraordinaire de précision, de charme et de poésie. Un roman magnifique. 

Lire la suite

« Le collier rouge » de Jean-Christophe Rufin aux éditions Folio

Depuis quatre à cinq ans, l’édition française nous offre, centenaire oblige, de beaux romans inspirés par le premier conflit mondial. « Au revoir là-haut » fut l’un des premiers d’entre eux, auréolé du Goncourt en 2013, puis porté à l’écran en 2017 par Albert Dupontel. Jean-Christophe Rufin nous en a offert un autre, en 2014, « Le Collier rouge », bref roman, sobre, tendu, émouvant. Et qui, lui aussi, a les honneurs du septième art en ce printemps 2018, dans une réalisation de Jean Becker, avec François Cluzet et Nicolas Duvauchelle. Lire la suite

« Big mother veille sur vous, vous surveille » de Sébastien Desreux aux éditions H&K

L’affaire Edward Snowden, survenue en mai 2013, a braqué les projecteurs sur une institution par essence discrète, la NSA (National Security Agency), dont Sébastien Desreux, informaticien et ancien élève de l’ENS, décrit le fonctionnement dans un livre bref, précis, et édifiant, intitulé « Big Mother veille sur vous, vous surveille ». Dans les révélations du printemps 2013, on a appris que Snowden, ancien membre des services de renseignements des Etats-Unis, avait livré 10000 documents confidentiels au « Washington Post » et au « Guardian », repris partiellement par « Le Monde ».

Lire la suite

« Emportée » de Paule Du Bouchet aux éditions Actes Sud

L’auteur a six ans lorsque sa mère, Tina Jolas, jeune épouse du poète André du Bouchet, rencontre l’homme qui va bouleverser sa vie, René Char. A travers le tracé sinueux et complexe de deux existences qui n’ont cessé de se chercher et se déchirer, la sienne et celle de sa mère, Paule du Bouchet dresse le portrait d’une femme secrète, entière et « emportée ».

Lire la suite