« Le Consentement » par Vanessa Springora chez Le Livre de Poche

Le consentement

En janvier 2020, les Éditions Grasset ont publié un livre qui allait faire quelque bruit, signé de Vanessa Springora, intitulé Le Consentement. L’écrivaine y dévoilait, trente ans après, son amour d’adolescente avec un romancier de trente-six ans son aîné, Gabriel Matzneff, diariste et auteur sulfureux de romans et d’essais, très en cour à l’époque dans le milieu littéraire parisien. Vanessa Springora a tiré de cette lourde épreuve personnelle un récit douloureux et cathartique qui participe de la vague actuelle de libération de la parole à laquelle les courants féministes sont d’importants et essentiels contributeurs.

Gabriel Matzneff, nommé d’une seule ou de ses deux initiales tout au long de ce récit, est un amoureux de « chair fraîche », qu’elle soit féminine ou masculine, de préférence mineure, et n’a de cesse de le montrer et l’écrire sur la place publique. L’un de ses essais s’intitule même « Les moins de seize ans ».

Lire la suite

Djaïdi Amadou Amal « Les impatientes » voix des femmes et Prix Goncourt des lycéens 2020

Les impatientes

Dans le dernier carré des livres « goncourables » en 2020 figurait le roman de Djaili Amadou Amal, romancière camerounaise publiée pour la première fois en France, dans une modeste maison d’édition, infiniment moins en vue que le fameux trio GalliGrasSeuil gagnant quasi exclusif des prix littéraires de chaque automne. Tous ces handicaps de notoriété n’ont pas empêché l’attribution du Goncourt des lycéens à cette courageuse et talentueuse narratrice qui nous parle de la cruelle condition des jeunes filles dans le carcan social et religieux de l’Afrique subsaharienne.

Lire la suite

« La mort de près » par Maurice Genevoix aux éditions La Table ronde

La mort de près

L’écrivain Maurice Genevoix est entré au Panthéon en novembre 2020. Geste d’hommage à la voix narrative et inoubliable de la Grande Guerre. Au soir de sa vie, Maurice Genevoix, secrétaire perpétuel de l’Académie française, ressentit la nécessité de revenir sur la mort qu’il avait frôlée à trois reprises, dans la Meuse, entre août 1914 et avril 1915. Pendant l’été 1971, il rédigea un petit livre beaucoup moins cité que le fameux ensemble intitulé « Ceux de 14 ». Dans ce texte, aussi fort que bref, notre homme de quatre-vingts ans y dialogue avec le jeune lieutenant qu’il fut alors et qui batailla au cœur de la Grande Guerre. Maurice Genevoix a voulu transmettre là son expérience intime de frère des hommes face aux affres de la mort.

Lire la suite

« Le bouquiniste Mendel » de Stefan Zweig chez Sillage édition

LE BOUQUINISTE MENDEL

En 2013, la (trop) discrète maison d’édition parisienne Sillage publiait une traduction, revue par Manfred Schenker, d’une des nombreuses nouvelles de Stefan Zweig, « Le bouquiniste Mendel ». Admirable texte qu’on peut lire comme un parfait reflet du style et une fidèle illustration de la pensée du grand écrivain autrichien. À tout lecteur encore ignorant ou peu familier de ce singulier et extraordinaire écrivain, voilà le petit livre qui vous convaincra à jamais de lire et relire régulièrement le grand polygraphe de Vienne.

Lire la suite

« Thésée, sa vie nouvelle » de Camille de Toledo aux Éditions Verdier

Thésée, sa vie nouvelle

Dans Thésée, sa vie nouvelle, Camille de Toledo entreprend une longue histoire et introspection de sa famille du côté maternel : quatre générations d’une histoire méconnue sinon largement étouffée, parcourue par la mort et la douleur, depuis l’aube du XXe siècle jusqu’à cette première décennie du XXIe siècle. Un singulier, grand et inoubliable livre.

Le livre s’ouvre sur la mort brutale que se donne Jérôme, « premier mars deux mille cinq », pendu par une corde dans la maison parentale, retrouvé par Gatsby, un père anéanti appelant à son secours son deuxième fils, « le frère qui reste », Thésée. Ce livre mémoriel se referme, comme une boucle, sur une autre mort, brutale elle aussi, celle de « l’ancêtre », arrière-grand-père de Thésée, Talmaï, qui se tire une balle dans la tête le 30 novembre 1939, désespéré de voir partir au front son jeune fils, Nathaniel, grand-père de Thésée.

Lire la suite

« Un jour viendra couleur d’orange » de Grégoire Delacourt chez Grasset

Un jour viendra couleur d'orange

Les romans de Grégoire Delacourt touchent toujours au cœur de notre société. Souvent sous la forme d’un conte, comme dans La femme qui ne vieillissait pas qui défait le mythe de la jeunesse éternelle ou Mon père abordant avec force et âpreté le sujet de la pédophilie dans l’Église catholique. Son dernier livre, Un jour viendra couleur d’orange, titre emprunté à un poème de Louis Aragon, est dans cette même lignée, roman magnifique d’humanité et d’amour, écrit sans emphase ni sécheresse, dans la justesse, la délicatesse et la sobriété qui sied à un sujet tout autant intime qu’universel : la fragilité et l’innocence de l’enfance perdue dans une vie adulte brutale et impitoyable. Grégoire Delacourt nous offre là un texte comme une fable de la vie contemporaine, un conte pour adultes. Lire la suite

« Golden holocaust, la conspiration des industriels du tabac » de Robert Proctor, Éditions des Equateurs

Éditions des Équateurs - Golden Holocaust - Robert N. Proctor

Voilà un livre qui a fait quelque bruit aux USA à sa parution en février 2012. Il a été publié en France, sans grande publicité hexagonale à vrai dire, en 2014. Les industriels du tabac américains et européens auraient bien aimé ne jamais voir publié « Golden holocaust : origins of the cigarette catastroph and the case for abolition » de Robert Proctor.

Pour donner corps à son analyse, Robert Proctor s’est appuyé sur des rapports industriels mis en ligne et à la disposition du public depuis une dizaine d’années : les « Legacy tobacco documents »

En 1998, le « Master settlement agreement » a ainsi laissé à la libre consultation tous ces « Tobacco documents » qui révélaient les pratiques industrielles et commerciales douteuses des cigarettiers américains, eux-mêmes infiltrés dans les commissions et groupes d’études scientifiques et politiques chargés d’aider à la mise en place de politiques de santé publique. Lire la suite

« Arène » de Négar Djavadi aux éditions Liana Levi

Arène

Négar Djavadi née dans une famille d’opposants au régime iranien du Shah puis des ayatollahs a fui à cheval son pays ; elle a publié un premier roman « Désorientale » sur l’Iran et revient avec « Arène » qui se déroule dans l’est parisien.

Le rythme de ce récit est hallucinant, c’est la société actuelle, pressée, violente, saccadée, envahie par l’image omniprésente.

Les personnages sont minutieusement décrits et on vit leur quotidien à leurs côtés..

Lire la suite

« Le jardin du Lagerkommandant » par Anton Stoltz

Le Jardin du Lagerkommandant de Anton Stoltz - Grand Format - Livre -  Decitre

Anna Nebel est l’élégante épouse de l’Untersturmführer Hans Nebel, un homme qui occupe un grade modeste dans la hiérarchie militaire nazie, et qui reçoit l’ordre d’aller servir à Auschwitz en automne 1943. L’officier y tiendra la comptabilité et le fichier d’un camp de prisonniers. C’est du moins ce qu’il dira à sa femme maintenue jusqu’au bout dans l’ignorance de la nature du lieu d’internement et la finalité exacte de la mission que ses supérieurs lui ont confiée. Anna et leurs deux enfants, Joachim et Helmut, vont donc le suivre. Avec insouciance et confiance. C’est le début de l’hallucinant récit d’Anton Stoltz qui nous donne à voir la vie quotidienne d’un couple cantonné dans sa « villa » à deux pas du camp d’extermination d’Auschwitz. Lire la suite

« Le lièvre d’Amérique » de Mireille Gagné chez La Peuplade

Le lièvre d'Amérique

Une employée subit une intervention chirurgicale de façon à augmenter sa productivité au travail ; le thème est surprenant comme l’est tout autant cette fable animalière.

Le récit est complètement atypique et déroutant mais on se laisse emporter par l’écriture pleine de poésie de Mireille Gagné que les Editions de la Peuplade nous font connaître.

.

Lire la suite