« L’inondation » de Evgueni Zamiatine aux éditions Sillage

Voici un chef-d’oeuvre.

« Sur la fenêtre, il y avait un bocal retourné, dans lequel, on ne sait trop comment, avait pénétré une mouche. La mouche ne pouvait s’échapper nulle part , mais, elle rampait pourtant là-dessous toute la journée. »

L’histoire est simple. Cependant, Trofim et son épouse Sofia sont un couple comme tant d’autres mais Sofia ne peut pas avoir d’enfant. Leur voisin décède laissant une orpheline Ganka. C’est le destin pour Sofia : elle insuffle son idée à Trofim et…adopte l’enfant.

Hélas, d’enfant Ganka devient jeune fille et, Sofia assiste, impuissante à une forme d’inceste. Comme la Néva qui ne cesse de monter, la haine et désir de vengeance vont s’immiscer peu à peu dans l’esprit de Sofia….

« Sofia sentit que ces nuages n’étaient pas au- dehors mais en elle, que depuis des mois, ils s’amoncelaient comme des pierres… »

L’esprit russe dans toute sa splendeur.

par MAG

Je suis intéressé(e) par ce livre : je clique ici. 

Publicités

« Un monde à portée de main » de Maylis de Kerangal aux éditions Verticales

On rentre à pieds joints dans la peinture de décor.

Paula s’inscrit dans une célèbre école bruxelloise où on lui apprend l’art du trompe-l’œil, de la copie, du faussaire : l’illusion à base de palette et de tubes de couleurs.

Son diplôme en poche, elle fait ses armes sur un plafond de chambre d’enfant, puis file sur Rome dans les studios de Cinecitta pour terminer en apothéose dans les grottes de Lascaux. Elle tombera sous le charme, total.

Lire la suite

« Les trois exils » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

« Salina » est une pièce de théâtre parue en 2003.

Laurent Gaudé en a fait un roman.

Salina est déposée, bébé hurlant, sur la place d’un village par un vieil homme venu d’une contrée étrangère. On espère que les hyènes mettront fin à ces hurlements de l’enfant qui, peut-être, peut porter malheur. Les bêtes reculent et Mama Melita recueille le bébé et l’élèvera.

Lire la suite

« Le Bruit du dégel » de John Burnside aux éditions Métailié

Kate est une jeune étudiante en cinéma totalement « paumée » depuis la mort de son père. Elle vit avec son amant dans les vapeurs de l’alcool et de la « baise ». Ce dernier l’envoie faire des enquêtes dans des banlieues pavillonnaires.

C’est là qu’elle rencontre Jean, une vieille dame en train de fendre du bois ! Elle l’invite et Jean décide de lui raconter sa vie, elle conte.

Lire la suite

« J’ai un tel désir » de Françoise Cloarec aux éditions Stock

 « J’ai un tel désir de voir ton visage dans le plaisir…Je pense souvent à cela » écrivait dans l’une de ses nombreuses lettres enflammées Marie Laurencin à Nicole Groult. La photo qui illustre la couverture de l’ouvrage de Françoise Cloarec affiche avec éclat la passion déclarée des deux femmes, regards échangés, perdus d’admiration réciproque, amoureuse et intense. L’une des deux, Nicole pose sa main sur le genou de Marie dans un geste d’infinie tendresse. Le cliché résume à lui seul cette liaison assumée, affichée de deux femmes qui ont traversé la première moitié du XXe siècle au bras de maris, d’amants et de maîtresses. Tout comme la grande et libertine Colette.

Lire la suite

« Le monarque des ombres » de Javier Cercas aux éditions Actes Sud

Depuis « Les soldats de Salamine » en 2001, sur le destin d’un Phalangiste sauvé par un Républicain, livre salué à sa parution par Mario Vargas Llosa, les romans de Javier Cercas sont autant de livres qui questionnent la mémoire d’un pays toujours hanté par la guerre civile. Ils s’avèrent être aussi des enquêtes autant que des romans, des fictions sans fiction, sur l’Histoire de l’Espagne et sur un passé toujours à vif. Ce fut le cas avec « Anatomie d’un instant » (sur le coup d’état avorté de 1981), ou avec « L’imposteur » (sur la supercherie d’Enric Marco, icône de la lutte antifranquiste et porte-parole des survivants espagnols de l’Holocauste). Le dernier livre de Cercas, « Le monarque des ombres », est de cette veine, qui tente de donner, ou retrouver, un sens à l’existence de ces hommes qui ont voulu, ou cru, consacrer et sacrifier leur vie à une cause juste, laissant une image d’héroïsme pour les uns, d’indignité et de déshonneur pour les autres.

Lire la suite